Le vaisseau Apollo





Le vaisseau Apollo
(module de commande + module de service = CSM)


Succédant aux vaisseaux Mercury et Gemini, le vaisseau Apollo se décomposait en deux modules, le module de commande et le module de service. Il mesurait au total 5,70 de longueur, 3,60 m de hauteur, et 3,80 m de diamètre dans sa partie la plus large. Son poids total s'élevait à 5,6 tonnes.

Le module de commande

Le module de commande (ou la cabine ou encore la capsule) était constituée de quelque 2 millions de pièces. Il était subdivisé en quatre parties. A l'avant, un cône s'encastrait dans le LEM lors de l'assemblage en cours de trajet. Venait ensuite le compartiment où étaient repliés les huit parachutes qui freinaient la cabine pendant sa rentrée atmosphérique (2 parachutes extracteurs, 3 parachutes pilotes, 3 parachutes principaux). Derrière, l'habitacle où se tenaient les astronautes pendant les 140 heures du voyage aller et retour. Le dernier compartiment contenait les moteurs qui assuraient l'orientation de la cabine Apollo, (en automatique ou en manuel), les réservoirs de ces moteurs et les équipements électroniques. Un épais bouclier thermique protégeait le module de commande qui était le seul élément à revenir sur Terre, une fois la mission accomplie.

A l'intérieur régnait une atmosphère composée d'oxygène, à une pression de 260 mm de mercure. Un système de ventilation et de conditionnement de l'air évitait l'accumulation du gaz carbonique et de la vapeur d'eau expirés lors de la respiration des astronautes, maintenait l'humidité entre 40 et 70 % et la température à 24° en moyenne. (Lors des entraînements, pour éviter les risques d'incendie semblable à celui d'Apollo 1), l'air de la cabine était composé d'un mélange d'oxygène et d'azote).

Le volume habitable était de 5,67 mètres cubes soit 1,97 mètres cubes par astronaute. Ils pouvaient se tenir debout, une fois le siège central replié, où s'allonger. Ils naviguaient en position couchée, face à un tableau de bord comptant 506 interrupteurs, 71 lampes témoins, 40 indicateurs. Cinq petits hublots (souvent embués) permettaient de surveiller les manoeuvres d'amarrage ou d'admirer le paysage une fois en orbite autour de la Lune. Car pendant le trajet, les astronautes se plaignirent souvent de ne pas voir grand chose et d'avoir l'impression de se trouver à bord d'un sous-marin.

Le module de service

Le module de commande était relié au module de service, la salle des machines du vaisseau, par un compartiment cylindrique où étaient entreposés les équipements électroniques.

Long de 6,6 mètres, pesant 22,5 tonnes, cet énorme cylindre transportait notamment un moteur de 10 tonnes de poussée, pourvu d'une grande tuyère orientable. Il pouvait être allumé 50 fois, de 0,4 à 750 secondes.

Il plaçait le vaisseau en orbite autour de la Lune en le freinant puis, lors des manoeuvres de retour, l'arrachait à la gravité lunaire en l'accélérant. L'alimentation était assuré par 18 tonnes de carburants répartis dans quatre réservoirs. Les réservoirs ronds contenaient de l'hélium qui assurait la pressurisation des autres réservoirs.

Seize moteurs auxiliaires disposés par groupe de quatre assuraient le contrôle d'orientation. Chacun de ces moteurs pesait 2 kg. Ils brûlaient de l'hydrazine dans du tétraoxyde d'azote et fournissaient chacun 45 kg de poussée.

Le module de service disposait de ses propres antennes de communications et de trois piles à combustible qui fournissaient à la cabine l'électricité.

Enfin, à l'extérieur, sur les parois, étaient disposés un certain nombre d'instruments : deux caméras, des détecteurs de rayons X, de rayons gamma, de neutrons, un photomètre, une altimètre laser. La récupération des photographies et des films obligeait l'un des astronautes à effectuer une sortie extravéhiculaire (EVA) pendant le trajet de retour.



Schémas des principaux éléments du programme Saturne V - Apollo