Apollo - Le module lunaire (Lunar Excursion Module - LEM)





Cliquer sur l'image pour l'agrandir


Avec ses longues pattes grêles articulées, ses nombreuses antennes, sa silhouette étranglée à la taille, le LEM ressemblait davantage à un insecte venu d'ailleurs qu'à un vaisseau spatial. Les premiers astronautes à le tester dans le cadre de la mission Apollo 9, Jim McDivitt et Rusty Schweickart, ne s'y trompèrent pas et le baptisèrent Spider, L'Araignée. Et ils ne cachèrent pas leur scepticisme. A en croire Jim McDivitt, il s'agissait d'un fragile vaisseau en papier de soie, à travers lequel on aurait vite fait de passer les pieds. Pourtant l'engin en imposait. Il affichait des dimensions impressionnantes, équivalentes à celles d'une maison à deux étages : sept mètres de haut, quatre mètres de large. Il était plus volumineux que le vaisseau Apollo proprement dit.

Le Lunar Excursion Module se décomposait en deux parties : l'étage de descente, chargé de freiner pendant l'alunissage, et l'étage de remontée qui ramenait l'équipage en orbite où l'attendait le vaisseau Apollo.

L'étage de descente, mesurait 3,2 m de haut, et 4, 2 m de large. Il était muni d'une échelle et d'un train d'alunissage, composé de quatre pieds, larges de près d'un mètre pour assurer la stabilité du LEM sur le sol. C'était essentiellement un compartiment moteur, organisé autour du DPS (Descent Propulsion System) développé par la firme TRW Systems. Il assurait une poussée variable, comprise entre 476 kg et 4408 kg et pouvait être mis en marche 20 fois. L'étage de descente contenait les huit tonnes des carburants nécessaires au fonctionnement du moteur, un radio-altimètre, des équipements scientifiques, des réserves d'eau et d'oxygène.

L'étage de remontée qui mesurait 3,7 m de hauteur, était une cabine spatiale autonome et pressurisée, avec un minimum de vivres, d'oxygène et d'énergie. Il contenait des batteries, un altimètre, un ordinateur, un phare clignotant, plusieurs antennes, des fenêtres triangulaires, le radar de rendez-vous, (un petit bijoux de 45 millions d'euros) et un sas de sortie qui s'ouvrait sur le porche donnant accès à l'échelle de l'étage de descente. Deux tonnes de carburants contenues dans plusieurs réservoirs alimentaient le moteur APS (Ascent Propulsion System) construit par la société Bell Aerosystems. Il assurait une poussée de 1600 kg pendant 7 minutes et pouvait être allumé 35 fois. Une fois que l'équipage du LEM avait réintégré le vaisseau Apollo, l'étage de remontée allait s'écraser sur le sol lunaire.

La construction de cette navette lunaire d'un type unique donna beaucoup de mal à son constructeur, la société Grumman, qui accumula entre 1965 et 1968 les déconvenues et les retards. Il fallut modifier l'injecteur de poussée du moteur de l'étage de remontée qui détruisait la chambre de combustion, refaire le système de contrôle d'attitude, revoir le système de poursuite pour le rendez-vous en orbite lunaire, remédier à de fâcheuses craquelures qui apparaissaient sur certaines pièces métalliques. Et surtout, il fallut alléger sans cesse le poids de ce monstre qui, dans sa version définitive, avec ses 18 moteurs, ses 14 réservoirs de carburants, ses 8 systèmes radio, son barda scientifique et sa Jeep lunaire, atteignit 16,3 tonnes ! Pour gagner du poids, on creusa des alvéoles dans les parois et les astronautes furent priés de se passer de sièges et de piloter debout, attachés dans des sangles.


Les surnoms du LEM

Surnom
Mission
Spider Apollo 9
Snoopy Apollo 10
Eagle Apollo 11
Yankee Cliper Apollo12
Aquarius Apollo 13
Antares Apollo 14
Falcon Apollo 15
Orion Apollo 16
Challenger Apollo 17



Les sites d'alunissage du LEM

Site
Mission
Date (TU)
Mer de la Tranquillité Apollo 11 20 juilllet 1969
Océan des Tempêtes Apollo12 19 novembre 1969
Cratère Fra Mauro Apollo 14 5 février 1971
Sillon Hadley Apollo 15 30 juillet 1971
Région de Descartes Apollo 16 21 avril 1972
Vallée de Taurus-Littrow Apollo 17 11 décembre 1972


Schémas des principaux éléments du programme Saturne V - Apollo